RAFFINAGE

Une amélioration conjoncturelle des marges de raffinage mais les surcapacités demeurent

Le raffinage opère entre deux marchés : celui du pétrole brut et celui des produits finis pétroliers. La transparence de ces marchés, associée au grand nombre d’opérateurs, rend l’activité économique du raffinage très concurrentielle.

  • Le marché du pétrole brut est un marché mondial régi principalement par la loi de l’offre et de la demande. Les prix actuellement élevés du brut tiennent à l’équilibre entre une offre contrainte et une demande tirée par la croissance économique de l’Inde et de la Chine.

  • Les marchés des produits finis peuvent, eux, évoluer différemment selon la famille de produits (essences, gazole, fiouls lourds…) et/ou selon leur zone de consommation (Amérique du Nord, Asie du Sud-Est, Europe du Nord…). La surcapacité de l’outil de raffinage en Europe peut amener à vendre les produits raffinés quasiment au prix du brut sur le marché de Rotterdam.

La marge brute de raffinage est la différence entre la valeur marchande des produits raffinés et le prix d’achat du brut*. C’est avec cette marge, sensible à toute fluctuation des marchés pétroliers, que le raffineur doit couvrir l’ensemble de ses frais (masse salariale, maintenance et entretien, combustibles, électricité et catalyseurs, taxes) et de ses investissements. En France, cette marge est régulièrement insuffisante : 18 euros par tonne de brut en moyenne en 2013 et 22 €/t en 2014, alors que les seuls frais fixes et variables représentent aujourd’hui 30 euros par tonne soit environ  2,5 centimes d’euro par litre de carburant distribué). Elle est la cause des pertes économiques qu’ont connues  les raffineries françaises ces dernières années. Si les marges se sont redressées depuis le début 2015, les perspectives à moyen et long termes restent mauvaises en raison de la persistance des surcapacités de raffinage en Europe de 25 à 30% à horizon 2035/2040.

Téléchargez les données chiffrées

Mis à jour le 06-05-2015

* Elle tient compte des autoconsommations d’énergie.
Précédent
Un outil de raffinage en constante évolution