LE PÉTROLE EN BREF

Qu’est-ce que le pétrole ?

Le pétrole est une énergie fossile. Il est issu de la lente transformation sur plusieurs dizaines de millions d’années de micro-organismes végétaux et animaux déposés au fond des mers et soumis à de fortes pressions et températures. On trouve ainsi des gisements pétroliers ou gaziers un peu partout sur la planète, à terre comme en mer. La genèse pétrolière est un processus lent qui comprend plusieurs étapes, lorsque les ingénieurs pétroliers étudient une zone, ils vérifient que ces différentes étapes se sont bien réalisées. Cela leur permet de déterminer si un gisement pourra être rentable pour l'exploitation et s'il donnera du pétrole ou du gaz de qualité optimale

La formation des gisements de pétrole et de gaz

Les hydrocarbures, pétrole (appelé aussi « huile ») et gaz naturel, se forment au sein des roche-mères, issues de la transformation de sédiments riches en matière organique au fur et à mesure de leur enfouissement dans le sol. Sous l'effet de la pression et de la température, la matière organique se décompose d'abord en pétrole puis, selon les cas, en gaz, et le reste des sédiments se solidifie. Une partie des hydrocarbures ainsi formés sont expulsés progressivement de la roche-mère et remontent vers la surface.

La migration des hydrocarbures vers la surface de la Terre

Durant leur ascension vers la surface terrestre, pétrole et gaz s'infiltrent parfois dans des roches réservoirs où ils peuvent s'accumuler. Un gisement se forme lorsque les hydrocarbures sont arrêtés par des roches imperméables et s'accumulent dans des roches-réservoirs poreuses, formant des gisements dits “conventionnels”. Les hydrocarbures qui restent enfermés dans la roche-mère, particulièrement compacte et peu perméable, sont appelés “hydrocarbures de roche-mère” ou, plus communément “hydrocarbures de schiste”. Ils constituent des ressources de pétrole et de gaz “non conventionnels”.

Des hydrocarbures pris au piège

Pour qu'un gisement soit exploitable, il doit regrouper d'importantes quantités de pétrole ou de gaz emprisonnées dans des roches-réservoirs. Cette configuration protège notamment les hydrocarbures contre les agressions extérieures qui pourraient les altérer (air, bactéries).

Les unités de mesure des quantités de pétrole sont le baril (environ 159 litres) et la tonne.
Les estimations des réserves prouvées sont calculées sur la base de la quantité d’hydrocarbures récupérables avec une certitude raisonnable dans les conditions économiques et avec les technologies actuelles. Ces réserves fluctuent d’année en année et progressent encore grâce à la découverte de nouveaux champs et au développement de nouvelles technologies de récupération qui améliorent le rendement des puits.

Les prix du baril de pétrole sont établis sur les marchés internationaux. À titre d’exemple, le Brent (nom d’un gisement de la mer du Nord) est la référence du pétrole brut notamment sur les marchés d’une partie de l’Europe, de l’Afrique et du Moyen-Orient.

Précédent
Le pétrole aujourd'hui et demain
Suivant
La transition énergétique